samedi 23 mai 2020

#masadhana


Partager une sadhana est loin d'être un évènement anodin. Il s'agit au contraire d'une des pratiques les plus puissantes qu'il nous soit donné d'inviter dans notre vie. Explications.

Une personne a dit de la sadhana : "Une fois que la sadhana est finie, rien ne devrait vous arriver." J'ai dit, "Non. Quand la sadhana a lieu, tout devrait vous arriver et vous devriez en sortir gagnât, vous devriez en sortir victorieux !". C'est ce que la sadhana vous donne." Yogi Bhajan

La sadhana, c'est "le moyen d'accomplir quelque chose". Il s'agit de la pratique quotidienne et régulière du yoga, d'une discipline du mental et du corps pour servir l'âme. C'est ce moment quotidien qui nous sert à identifier les modèles qui nous éloignent de notre plus haute conscience pour mieux les dépasser. Il s'agit d'une activité consciente : nous choisissons en toute conscience de nous lever, d'entraîner notre corps et de méditer.

L'essence de la sadhana est, dans l'ordre, : sadhana, ârâdhana et prabhoupati - la discipline, l'attitude et la maîtrise. Ces trois étapes sont inséparables.

Sadhana : nettoyer le subconscient de ses peurs

Dans les écritures logiques, la pratique de la sadhana devrait avoir lieu au moins deux heures et demi avant le lever du soleil. Yogi Bhajan rappelait néanmoins qu'elle pouvait se dérouler entre 4 et 8 heures du matin, ou 16h et 20h. Mais il recommandait de la faire tous les jours à la même heure.

Cette durée est aussi déterminée par la loi du karma : pour tout ce que vous donnez, vous recevrez le décuple. Si l'on consacre donc 2h30 de son temps à sa spiritualité, votre journée entière sera couverte de cette énergie en retour : c'est pourquoi même lorsque l'on fait notre "petite" sadhana de presque une heure, je vous invite à enchaîner si vous le pouvez par un cours de yoga.

La sadhana débute par la lecture d'un texte sacré, suivie d'une pratique plus physique,  puis la méditation y sert à purifier le subconscient de ses peurs pour nous permettre de voir la lumière et la puissance de la conscience créatrice.

Aradhana : Se relier au Soi Universel

Au fur et à mesure, la pratique de la sadhana devient naturelle et notre mental supérieur parvient à se relier au Soi Universel. Le nettoyage de notre subconscient devient aussi plus actif, même si l'on résiste encore : "Est-ce que je désire vraiment m'en remettre à ma conscience supérieure, ou est-ce que je tiens encore à mon ancienne personnalité ?". Pourtant la connexion à l'Infini est ici plus simple. On a de plus en plus d'intuitions et de synchronicités dans sa vie. Une fluidité - ce que l'on appelle en anglais le "flow" - est présente.

Prabhoupati : La maîtrise de l'univers

Ce mot signifie littéralement "l'épouse de Dieu". C'est l'état de neutralité que l'on atteint en dernier ressort. L'infini nous motive, et non plus l'argent, la gloire ou le pouvoir (au choix, entre autres !). Nous ressentons l'Infini en toute chose, nous nous ouvrons à la super-conscience et nous mettons en accord avec elle. C'est l'Eveil total et l'intégration de la compassion en toutes choses. Bon, je ne sais pas qui a déjà atteint ce stade-là autour de moi !!! Mis à part une ou deux personnes peut-être... C'est en tous cas une boussole, une proposition, un chemin de croissance et d'évolution.

La routine de la sadhana

"Levez-vous, pratiquez et continuez"
Réveillez-vous doucement, buvez quelques verres d'eau (plutôt tièdes). Puis c'est le moment de la douche froide (pour les plus courageu.x.ses) qu'on appelle Ishnan. Enfin mettez des vêtements propres et plutôt clairs, que vous utilisez uniquement pour votre pratique.

La sadhana débute comme je l'ai dit par une pratique physique plus ou moins longue afin de maintenir une énergie équilibrée et puissante, et pour supprimer tensions et blocages générés par les émotions et par la vie.
Puis vient le moment de la méditation chantée.

Vos questions : 

 - Certaines personnes disent qu'une heure de sadhana, ça ne suffit pas (voire ça ne sert à rien), que faut-il en penser ?

Je pense pour ma part que tout sert à quelque chose. Mais Yogi Bhajan avait répondu à cette remarque : "Faites toujours une sadhana et peu importe la durée, parce que chaque effort du mental individuel pour rencontrer le mental Universel est multiplié par mille. Oui, l'idéal est une sadhana de deux heures et demi. Mais si nous devons courir, nous devons d'abord apprendre à marcher. Une heure, c'est excellent. Au fur et à mesure que vous ferez des sadhana, vous trouverez du temps pour la rallonger si vous le voulez vraiment (...). Construisez votre pratique lentement et régulièrement à un rythme que vous pouvez maintenir, mais de toutes façons, faites quelque chose". C'est dit !!!

 - Cela devrait-il être la même personne qui mène la sadhana tous les jours ?

Non. Yogi Bhajan rappelait que toute personne qualifiée pour enseigner pouvait mener une bonne sadhana. Et que cela pouvait être réellement intéressant pour le groupe d'expérimenter des styles de leadership légèrement différents.

 - J'ai "sauté" un jour. Est-ce grave ?

Rien n'est grave. Vous ne brûlerez pas en enfer pour ça ! Faites de votre mieux. Et progressivement, ressentez les bienfaits qu'une telle pratique vous apporte. Je conseille également, si vous n'avez absolument pas le temps, d'écouter quand même les mantras de l'ère du Verseau, même si c'est dans votre voiture ou dans le métro. Histoire de vous connecter à cette énergie, de ne pas oublier la dimension infinie de qui nous sommes...

 - Après la sadhana, puis-je me rendormir ?

Après la sadhana, faites exactement ce que vous voulez ! Dormez, mangez, chantez, faites l'amour...
Tout est ok ! "Donnez à Dieu ce qui lui appartient pendant la sadhana. Prenez ce que vous avez à prendre pendant le reste de la journée. C'est votre journée."


6 commentaires:

  1. Merci Odile, c’est très intéressant à lire.
    J’ai commencé cette sadhana en me disant que je la ferai en « replay » à l’heure à laquelle je me lève et au bout de quelques jours, je me suis dit qu’il fallait que j’essaie au moins une fois de mettre mon réveil à 6h! Et depuis je pratique et je ne me vois pas la faire « seule ».
    Merci à toutes pour ce partage, c’est si généreux et si agréable.
    J’ai beaucoup de gratitude envers vous 💛

    RépondreSupprimer
  2. C'est fabuleux ! Je me découvre, je rayonne, je diffuse, c'est magique. Merci.

    RépondreSupprimer
  3. Merci Odile, je me sens hyper apaisée depuis le début de cette sadhana, je dis que je suis en kevlar et maître de mes émotions. Mon mari trouve que je suis super agréable toute la journée, dans la douceur. Merci

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Odile,
    Pensez vous que je puisse vous rejoindre en cours de route ....
    Merci
    Belle journée
    Liberty

    RépondreSupprimer
  5. Merci beaucoup Odile pour ttes ces infos concernant la sadhana...même si je les fais souvent en replay....je vous suis reconnaissante de nous permettre de les faire en décalé qd on loupe le réveil 😉. Mais chaque jour c un vrai bonheur et je ressens de plus en plus de joie...à part avec le long mantra qu'il m'est très difficile de memoriser donc...un peu tendue à ce moment 😊.
    Merci d'avoir été à l'initiative de ce super groupe ❤.

    RépondreSupprimer
  6. Merci beaucoup Odile, lors de ces 41 jours de sadhana, tous prenait un sens, mon alimentation à changer,( j'ai d'ailleurs acheté votre cahier tetox et votre livre âme de sorcière. Pris un atelier yoga avec lili et d'autres vont suivre. Mon corps change, ce qui me mets en joie et une nouvelle abondance dans mon atelier d'encadrement en Touraine. Merci a vous toutes, vous êtes mes petites fées..��������

    RépondreSupprimer