dimanche 6 mars 2016

Une thérapie holistique, qu'est-ce que c'est ?

La naturopathie que je pratique a la prétention d'être une thérapie holistique. Qu'est-ce que cela signifie ?

En fait, le terme "holisme" vient du grec "holos" qui signifie "entier, tout" (on l'utilise donc par opposition au réductionnisme ou au dualisme). S'il en existe plusieurs définitions, j'aime retenir celle qui la présente comme un système de pensée pour lequel les caractéristiques d'un être ou d'un ensemble ne peuvent être connues que lorsqu'on le considère dans sa totalité, et non lorsque l'on en étudie chaque partie séparément. L'approche holistique en thérapie est donc une approche de l'individu dans son entier : il ne peut être compris que perçu dans son intégralité, c'est-à-dire en prenant en considération sa réalité biologique, mais aussi énergétique, émotionnelle, intellectuelle, spirituelle, héréditaire et environnementale. D'ailleurs, toutes les médecines traditionnelles ont, ou ont eu, une telle approche.

Ainsi, l'approche holistique en naturopathie va chercher à considérer l'être sur ces différents plans. En recherchant la cause profonde des maux à de multiples niveaux. Le bilan vital va donc chercher à refléter plan par plan l'état global de la personne. Tous les plans - physique, énergétique, émotionnel, mental, spirituel, socioculturel et écoplanétaire - sont en effet en interrelations constantes. D'où l'importance de prendre soin de soi sur chacun d'entre eux, afin de s'offrir une "colonne vertébrale" qui apporte santé au sens large du terme, lâcher-prise et harmonie. "Je n'exclus rien, j'intègre tout", disait Pierre-Valentin Marchesseau, considéré comme un maître de la naturopathie. Il est donc essentiel de s'interroger ou d'interroger durant l'anamnèse sur l'équilibre de chacun de ces plans.

Sachant que la vie est mouvement, la santé holistique est donc un état d'harmonie dynamique exprimant la libre circulation de la vie sur tous ces plans de l'être. A contrario, la maladie sera perçue comme une rupture, un arrêt, un barrage à un niveau ou un autre. Celui-ci pouvant avoir des répercutions sur les autres niveaux (telle une onde qui se propage).
Les exemples de tels barrages sont nombreux :
 - Sur le plan physique, tous les barrages ostéo-articulaires, les fractures, les surcharges (au niveau global comme au niveau sanguin)... ;
 - Sur le plan énergétique, les cicatrices (notez par exemple que la cicatrice d'une césarienne peut couper jusqu'à sept méridiens d'acupuncture), les amalgames dentaires, les vêtements synthétiques, les écrans, les antennes, etc. ;
 - Sur le plan psychologique, le stress, la peur, la colère, les frustrations, les conflits et autres traumatismes ;
 - Sur le plan mental, les idées obsessionnelles, les pensées négatives, les croyances rigides ;
 - Sur le plan spirituel, l'orgueil, l’égocentrisme, l'intégrisme, l'hypermatérialisme ;
 - Sur le plan socio-culturel, les préjugés, le racisme, les conflits familiaux, le stress généré par les médias...

L'objectif d'un travail sur soi, en conscience, consiste avant tout à accepter de regarder nos blocages et de tenter d'y remettre de la fluidité et de la vie. Il ne s'agit pas de chercher à surinvestir un plan - ce qui finira par déséquilibrer tout l'ensemble -, mais bien de les approcher un à un, dans le respect de soi et la douceur. Un naturopathe, au fil des séances, pourra vous interpeller petit à petit sur ceux-ci, mais il n'aura pas nécessairement des réponses à vous proposer à tous les niveaux. Il pourra en revanche vous envoyer consulter des personnes capables d'y apporter encore plus d'énergie et d'harmonie, comme un acupuncteur, un ostéopathe ou un psychothérapeute (selon vos besoins).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire