mardi 10 novembre 2015

La théorie/ La pratique : le rebirth

La théorie

Quoi ? Mis au point aux Etats-Unis au début des années 70 par Leonard Orr, le Rebirth - on parle aussi de rebirthing - est une technique respiratoire destinée dans un premier temps à atténuer l’empreinte traumatique de la naissance. Ce qui explique son nom – rebirth, "renaissance". Jacques de Panafieu, qui a contribué à l’introduire en France, le définit ainsi : « Le rebirth est une technique de respiration consciente et dirigée. En se frayant un chemin dans le corps énergétique et physique, le souffle dissout les blocages et les tensions. Il permet la résolution de schémas mentaux inhibiteurs sans intervention de l’intellect ni de l’imaginaire. »
 
Comment ? Après un entretien préalable et éventuellement la prescription d’un examen médical pour les personnes plus fragiles, le thérapeute présente la technique et ses effets éventuels (agréables ou plus désagréables comme des fourmillements, un engourdissement, voire de la tétanie). Puis le sujet, allongé dans la pénombre, est invité à se relaxer et à respirer profondément par la bouche. Certaines tensions ou blocages peuvent alors apparaître dans le corps qu'il va essayer de dénouer à l’aide de la respiration. C’est dans cette phase que peuvent surgir émotions, mouvements, peurs, colères, larmes, douleurs, cris, grandes chaleurs, tremblements mais également éclats de rires ou mouvements de succion. Une ventilation plus ample et accélérée mène, en effet, à une hyperoxygénation du cerveau : Ce phénomène favorise la levée du contrôle du cortex sur les zones archaïques du cerveau, avec surgissement de la vie instinctive, des émotions refoulées, et des souvenirs enfouis. Peu à peu, la respiration redevient habituelle, la personne reprend contact avec son environnement. La phase de respiration est alors suivie par un second temps de parole destiné à intégrer ce qui s’est passé. Le rebirth revendique un travail sur des émotions très archaïques, la plupart des praticiens faisant référence aux différents stades de l’accouchement ainsi qu’au traumatisme de la naissance


Oui ou non ? Le rebirth convient aux personnes dépressives, angoissées ou stressées. En revanche, il est déconseillé aux individus déstructurés ou incapables de faire face à un bouleversement émotionnel car certains évènements traumatisants peuvent parfois émerger.

La pratique
"Si la respiration holotropique fait partie des techniques dont je suis coutumière, je n'avais jamais expérimenté le rebirth. Ce fut chose faite en septembre. L'idée de faire un effort si long sur la respiration pouvait éventuellement m'inquiéter, mais sitôt le travail lancé, je me suis laissée emporter par le rythme extrêmement puissant de l'exercice. Mon corps se laisse faire et trouve un rythme de balancement naturel profond et relaxant. Je ressens peu de blocages, mais plutôt une détente impressionnante toujours rythmée par ce mouvement de balancier, qui m'évoque (a posteriori) celui des enfants en train de s'apaiser.  J'ai alors effectivement l'impression d'être un tout-petit, à la fois fragile et bien entouré, Le temps passe vite dans cet état très bénéfique. Je sors de cet exercice tout sourire, comme si j'avais fait un voyage au pays béni de l'enfance et de son innocence. Il est clair que tout le monde n'a pas vécu une expérience si simple et lumineuse. Mais toutes les personnes du groupe sortons renforcés et apaisés de cet étrange voyage. A noter : J'aurai ensuite quelques courbatures au niveau du sacrum, comme si cette danse avec moi-même avait dénoué des points de blocage au niveau de cette région "sacrée"."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire